Analyse Cfdt IBM du rapport annuel IBM corp 2017

Depuis quelques années, notre présidente Virginia Rometty s’évertue à convaincre du bien-fondé de la stratégie pour retrouver la croissance à marge forte, alors que le chiffre d’affaires baisse continûment depuis 2011. Il baisse encore de 1% en 2017, même si la direction y décèle au 4ème trimestre le “point d’inflexion” qui annoncerait le retour à la croissance. La question de la marge est cruciale. On peut se demander si IBM réussira à maintenir ses marges d’antan dans le monde du vaste supermarché qu’est devenu l’informatique, où toutes les entreprises sont en concurrence dans le même linéaire.

Ci-dessous les principaux chiffres avec l’analyse de la CFDT

  • Le chiffre d’affaires de la corporation IBM baisse encore en 2017 (depuis 2011).

Il est de 79,1 milliards de dollars en 2017 contre 79, 9 milliards en 2016. Il a donc encore baissé de 1%, trahissant les espoirs des directeurs d’IBM qui attendaient un rebond. Par rapport à 2011, nous en sommes à -26 % ! Petite consolation, le chiffre d’affaires a augmenté de 1% au 4ème trimestre, la direction d’IBM axe tous ses commentaires sur cette éclaircie en y voyant le point d’inflexion tant attendu vers le retour à la croissance.

  • La marge brute (gross margin) baisse en 2017 (de 47,9 % à 45,8 %).
  • Le profit net (net income) baisse fortement mais cela s’expliquerait par la réforme fiscale américaine de 2017.
  • Les rachats d’action (share repurchases) continuent, à un niveau élevé.

Ils ont même progressé depuis 2016 (4,3 milliards de dollars en 2017 vs 3,5 en 2016). C’est autant d’argent qui n’est pas investi. Comme nous l’avions souligné dans notre dossier d’analyse ‘où va donc IBM’, la part des rachats d’action a représenté 48% des flux de trésorerie contre 35% en moyenne pour nos concurrents ces dernières années.

Socialement, nous restons sur notre point de vue : nous salariés IBM ne profitons pas de cette transformation. Transformation ou pas, la compagnie reste à deux vitesses : avare, sauf pour les quelques 200 plus hauts salaires de la compagnie.

  • La notice envoyée aux actionnaires est sidérante quant aux primes des directeurs

Virginia Rometty touche des wagons de primes en dizaines de millions de dollars, on le voit dans la notice de l’assemblée annuelle. Cela donne le tournis. Entre autres, comme elle a rempli tous ses objectifs (à 102 % — quelle précision), elle touche une prime d’objectif de 5 millions en supplément de tout le reste.

Par ailleurs n’oublions pas qu’IBM a de très grosses réserves (cf. nos dossiers économiques), et aurait largement les moyens de bien rétribuer et former son personnel.

  • Pour le 1er trimestre 2018, V. Rometty exprime son contentement, les investisseurs ne sont pas tout à fait convaincus.

Elle souligne : “We accomplished this in the first quarter with revenue growth and an improving gross margin trajectory.C’est à dire : c’est ce que nous avons réussi au premier trimestre en termes de croissance et d’amélioration de la trajectoire de la marge brute.

Notre commentaire : le chiffre d’affaires du premier trimestre 2018 est certes un peu en croissance (+5% mais il s’aplatit après ajustement des taux de change), et avec une chute de la marge brute (qui descend à 43,7 % au 1er trimestre 2018), ce qui inquiète les investisseurs.

Et elle ajoute : “Our strategic imperatives grew 15 percent and now represent $37.7 billion in annual revenue and 47 percent of total IBM revenue.”  C’est à dire : nos affaires dans les nouveaux marchés stratégiques représentent 37,7 milliards de dollar soit 47% du chiffre d’affaires total.

Notre commentaire : Nous avons des doutes sur la fiabilité de ces chiffres comme nous sommes habitués à ‘tagger’ à tout va les affaires en fonction des strategic initiatives du moment, pour rendre les chiffres plus présentables. Même si V. Rometty louvoie en parlant ‘d’amélioration de la trajectoire de la marge brute’, pour noyer le poisson. Les investisseurs ne s’y sont pas trompés.

Nous commenterons les chiffres France après examen détaillé. On peut dire déjà qu’il y a eu une légère croissance de l’ordre de +1,5% du CA, mais avec un résultat net en baisse. Même s’il y a du bénéfice, pour la participation des salariés, vous repasserez, comme la Direction vient de l’annoncer en CCE.

2018-04-27T12:23:00+00:0027 Avr. 2018|Categories: Dossiers, National|Tags: , , , , , , , |
Retour