Gallium : résolution de l’IC-CHSCT

L’IC- CHSCT a reçu une nouvelle convocation de la Direction avec pour ordre du jour les points suivants :

–    « Approbation du procès-verbal de la réunion du mardi 12 juillet 2016 ;

–    Réponse de la Direction à l’avis de l’IC CHSCT sur le projet GALLIUM, adopté à l’unanimité lors de la réunion du mardi 12 juillet 2016 ;

–    Nouveau recueil d’un avis de l’IC CHSCT sur les conséquences du projet de cession de l’activité Global Administration en matière d’hygiène, de santé et de sécurité des conditions de travail concernant le périmètre des sept établissements d’IBM FRANCE ».
Les membres de l’IC CHSCT prennent acte de cette nouvelle convocation avec une demande de recueil d’un avis, alors qu’à l’issue de la dernière réunion du 12 juillet 2016, le représentant de la société IBM avait indiqué qu’il considérait « que l’IC CHSCT a rendu un avis défavorable sur les conséquences du projet GALLIUM. La procédure d’information / consultation est donc close ce jour ».

 

La Direction a pourtant adressé aux membres de l’instance le 9 août  un nouveau document d’informations pour le 25 août 2016 avec un document complémentaire.

L’IC CHSCT rappelle que lors de l’instance du 12 juillet, les élus  n’ont  pas rendu d’avis.

Il est tout d’abord à noter que pour la première fois, la Direction d’IBM présente devant l’IC CHSCT, le projet de l’entité Global Administration au niveau mondial et confirme expressément la mise en place d’un « Centre de Support Mutualisé à BUDAPEST », depuis juillet dernier, dans la continuité de sa « stratégie de transformation ».

La Direction confirme que ce centre est une « plateforme de secrétaires dédiées », appelées « à servir les clients d’IBM de certains pays européens, dont la France, » puisqu’elle indique  que « la France pourra à terme bénéficier elle aussi de ce type de support, dès lors que la décroissance des ressources locales le nécessiterait ».

C’est donc bien l’annonce que les assistantes de Global Administration transférées chez ManpowerGroup Solutions Enterprise (MGSE)  sont condamnées à terme dans leurs liens avec IBM, ce que les représentants du personnel ont compris et dénoncent depuis le début…

 

Bien que la Direction annonce que « ce support mutualisé sera mis en place progressivement et n’a pas vocation à remettre en cause les accords qui seront passés avec MGSE », dès lors que depuis le départ, IBM annonce que le contrat conclu avec MANPOWER GROUP SOLUTIONS n’a qu’une durée de quatre ans et un trimestre avec une décroissance très rapide la première année, elle confirme ainsi que le projet de transfert ne remplit pas les conditions des critères prévus par la loi, poursuite et  maintien  de l’activité.

L’activité au sein de MGSE va dépendre exclusivement des conditions de développement aujourd’hui inexistantes puisque MGSE n’a qu’un seul client, IBM, et est liée à sa capacité de développer son activité auprès de clients extérieurs, aujourd’hui inexistants.

Mais concernant plus particulièrement les prérogatives de l’IC CHSCT, la direction ne fournit encore aucune information sur les futures conditions de travail  des assistantes et des IBMers une fois les assistantes transférées chez MGSE et le démarrage de la « décroissance » des liens avec MGS.

Les membres s’inquiètent depuis le début de la charge de travail de tous les utilisateurs des assistantes de Global Administration et cette information essentielle  doit être fournie par l’employeur à l’IC CHSCT pour parfaire leur information.
Si les assistantes disparaissent, même dans un délai d’un à 4 ans, l’IC CHSCT et les CHSCTs doivent recevoir cette information dès maintenant dans le cadre de cette procédure de consultation car il n’y en aura plus d’autre.
Les salariés d’IBM vont se retrouver confrontés à la mise en œuvre d’une organisation de travail, que ce soit avec ou sans assistantes ou avec le service partagé à Budapest qui n’aura jamais été présenté ni explicité devant les représentants du personnel.

La charge de travail ou même l’organisation du travail des salariés d’IBM va changer, avec certainement une augmentation de la productivité voire des outils techniques nouveaux pour substituer le travail fourni par les assistantes.

Le reste des informations a déjà été transmis à l’IC CHSCT et le nombre de pages fournies n’apporte aucune information nouvelle.

C’est la raison pour laquelle l’IC CHSCT confirme les termes de la résolution  adoptée le 12 juillet 2016.

Les prérogatives de l’IC CHSCT et des CHSCTs ne sont pas respectées.

La Direction n’apporte aucun élément d’information sur la charge du travail du personnel et son évaluation, ni sur la nouvelle organisation du travail.

L’IC CHSCT rappelle qu’il a donné mandat à sa Secrétaire pour le représenter en justice et que l’action en justice a d’ores et déjà été engagée.

2016-10-13T21:27:11+00:0030 Août. 2016|Categories: National|Tags: , , |
Retour