Si Herman Hollerith obtient un brevet pour sa machine, le 8 janvier 1889, c’est que son invention fait progresser de façon décisive le traitement des données.
Fils d’Allemands exilés aux États-Unis pour leurs activités révolutionnaires de 1848, Herman Hollerith naît à Buffalo, dans l’État de New York, le 29 février 1860. Il fait de brillantes études au City College de New York et à l’École des Mines de l’Université de Columbia, dont il sort ingénieur à 19 ans. L’un de ses professeurs de statistiques le recrute comme assistant et il est engagé par le bureau du recensement, à Washington.
À l’époque, l’exploitation des données se fait à la main. On prévoit que, pour “digérer” les 50 millions de fiches établies à la suite du recensement de 1880, il faudra plus de 8 ans ! En discutant lors d’un dîner avec son ami John Shaw Billings, le directeur du service des statistiques de santé, dont il courtise la fille, Hollerith est séduit par son idée : s’inspirer des métiers à tisser Jacquard pour traiter les données. Chaque information (date et lieu de naissance, sexe, etc.) figurerait à un emplacement bien défini sous forme de trou sur une feuille de carton perforée, à travers laquelle passerait l’électricité.
Nommé professeur au Massachusetts Institute of Technology en 1882, Hollerith en profite pour mettre au point sa machine. Elle fonctionne avec des cartes de la taille des billets de banque, perforées sur 10 lignes et 20 colonnes. Le 8 juin 1887, il dépose la demande d’un brevet, qui lui est accordé le 8 janvier 1889 sous le numéro 395 782. Grâce à lui, il ne faut que 3 ans seulement pour exploiter le recensement de 1890 ! Convaincu que son invention peut servir aussi aux entreprises, il quitte l’administration et crée en 1896 sa société : la Tabulating Machine Company.

Laquelle deviendra en 1924 l’International Business Machines Corporation. IBM.