Depuis quelques années la prime sur résultats (GDP ou PVA) a été réduite à peau de chagrin par des manœuvres financières de la direction mondiale d’IBM.
Ses règles d’attribution, déjà à la base définies par la CORP, se sont opacifiées afin d’empêcher vous élus d’en faire un bilan exhaustif.

Le montant de l’année dernière frisait le ridicule : 0,9% de la masse salariale en moyenne, attribuée au “bon vouloir” des managers, pour un bénéfice de plus de 200 millions d’Euros.

Mais c’était encore trop insupportable pour la corp de distribuer un petit partage de la valeur ajoutée vers une grande partie des salariés.

Cette année, c’est clair, plus de prime mais une distribution de RSU (Restricted Stock Units = Actions Gratuites) à une poignée de “highest contributors”, critère complètement subjectif et en excluant, dés le départ, une partie des salariés (les PRG inférieurs à 6) !

Vos élus n’auront plus aucune possibilité de vérifier les montants distribués, ni la population adressée, ni les critères d’admissibilité : bref une distribution complètement opaque, à la tête du client !

Mais il existe une double peine pour tous les salariés de ce passage de prime à RSU : plus de redistribution aux CSE !

En effet, les primes GDP étant soumises à charges, elles rentraient dans le calcul du versement des 3,8% de contribution patronales aux ASC (Activités Sociales et Culturelles) des 3 CSE d’IBM France.

Ce n’est PAS le cas pour les RSU !!!

Voilà comment en changeant de mode de distribution, la direction d’IBM arrive à priver l’ensemble des salariés d’environ 200 k€, l’avidité n’a pas de limites….