Ces derniers jours (18 et 19 Nov) a eu lieu la Commission Paritaire de Suivi GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences).

Les responsables de toutes les unités d’IBM France ont présenté, aux signataires de l’accord GPEC, l’état du “business” dans leurs entités, leurs perspectives pour l’avenir à court terme des activités mais aussi de leurs équipes.

Vos représentants CFDT ont put constater qu’IBM France concentre ses efforts et ses “investissements” notamment en formation, sur 500 à 1000 personnes.
La Direction délaisse les autres salariés qui sont désormais qualifiés “d’obsolètes” comme certains n’hésitent plus à dire !!!

On pourrait penser que la stratégie d’IBM et de ses actionnaires est d’extraire un maximum de cash de ses unités “vache à lait”, pendant qu’elle investit dans les seuls secteurs “porteurs”, qui assureraient leur remplacement.

Pour la CFDT, il est désormais clair que la Direction entend faire ce qu’il faut pour “alléger le paquebot” et le remettre à flots avec des unités plus “agiles”, quitte à trancher dans les effectifs et à se séparer des unités “épuisées”.

Les représentants de la CFDT ont pu voir confirmer leurs doutes et leurs craintes:

  • Sur la formation et l’alignement des métiers & compétences des salariés avec les attentes des clients: Fort investissement pour certains, saupoudrage pour les autres, les anciens, les obsolètes. Fort décalage et de gros écarts, faute de plans de formation coordonnés couvrant TOUS les salariés de chaque unité. Les “badges” semblent devenus l’alpha et l’oméga pour évaluer les salariés et vérifier leur “adéquation” avec le marché.
  • Sur les problématiques remontées par les clients: Beaucoup de constats, mais peu de plans d’actions concrets pour simplifier, améliorer, intégrer et être plus efficaces. On attend tout de la Corp.
  • Sur les problèmes remontés en interne qui impactent l’efficience d’IBM et la motivation des salariés: Une forme de déni, des patrons de BU comme de la DRH.
  • Sur le business d’IBM et ses résultats : pratiquement aucun ne dit que ça va mal, qu’IBM France a de graves problèmes d’inefficacité, de lourdeur et de réponse aux attentes de ses clients.

Tout cela est très inquiétant…

Pour la CFDT, la conclusion est simple:

Cette longue Commission de Suivi GPEC n’avait d’autre but que de présenter aux élus, la justification du plan social de grande ampleur qui sera détaillé lors du Comité Social et Économique Central (CSEC) du 16 décembre.

Les problèmes sont connus et les causes identifiées. Mais la seule solution envisagée par la Direction semble être de trancher, et de remplacer une petite partie des “obsolètes” seulement.

Cela sera t il suffisant pour assurer l’avenir d’IBM France ?