Blog post in english
La traduction française suit ce texte

All IBM employees throughout the world have received an invitation from our new CEO to thank former CEO, Ginni Rometty, for her “legacy”.

As we teeter on the brink of three flagged upheavals, namely the redundancy plan (‘PSE’), the spin-off and restructuring of GBS, with the prospective departure of approximately 2000 employees at IBM France SAS, we justifiably find such a request to be, at the very least, inappropriate and even indecent!

Ms. Rometty arrived at the head of IBM Corp on January 1, 2012. Since then, our company has endured a long and continual downward spiral.
From reorganization to restructuring, strategic changes, based solely on shareholders’ dividends, together with a succession of voluntary departure and redundancy plans, have toppled IBM from its position as leader, turning it into a follower and even a “looser” in many domains.

Here are a few figures to back our argument :

  • A slump in IBM Corp turnover for a record 27 consecutive quarters,
  • The IBM share price has dropped by more than 40% (from US $184 on 01/01/2012 to US $106 on 04/06/2020, date of her departure),
  • The number of employees has been halved (nearly 10,000 in France in 2012 for instance and only nearly 5,000 at the end of 2020),
  • The sale of a whole range of our activities (servers, PCs, software, etc.) has enriched their purchasers, who also happen to be our competitors.

Despite such strategic failures, we note the following :

  • The highest salaries in IBM France multiplied by two over the past decade,
  • Year in, year out, a never-ending increase in dividends paid out to shareholders throughout the Presidency of Ms Rometty.

True to our values, the labor union, CFDT, staunch defender of our employees and their jobs, cannot endorse such a celebration.

If our former CEO has anything to be thanked for, it would be to have decided at long last to leave after 8 years destroying jobs and the very DNA of IBM …

Tous les salariés d’IBM dans le monde ont reçu de la part de notre nouveau CEO un message nous invitant à remercier Ginni Rometty, le PDG sortant pour « l’ensemble de son œuvre ».

À l’aune des trois prochains bouleversement annoncés, PSE, Scission et réorganisation de GBS, avec en perspective le départ d’environ 2000 salariés à IBM France SAS, cette demande nous a parue complètement incongrue, voir même indécente !

Mme Rometty est arrivée à la tête d’IBM Corp au 1er Janvier 2012, et depuis notre entreprise n’a connu qu’une très longue descente aux enfers.
Les restructurations succédant aux réorganisations, les changements de stratégie basés uniquement sur le cours de l’action et les dividendes aux actionnaires ainsi que la succession de plans de départs et PSE ont fait passer IBM de la position de leader à la position de suiveur, et même de «looseur» dans de nombreux domaines.

Nous étayons nos propos par quelques chiffres :

  • Le chiffre d’affaire d’IBM Corp a connu un record de 27 trimestres consécutifs de baisse.
  • Le nombre de salariés a été divisé par deux ( nous étions par exemple près de 10 000 en France en 2012, près de 5000 fin 2020)
  • La vente de pans entiers de nos activités (serveurs, PC, …) à des entreprises a contribué à faire prospérer leurs acquéreurs qui sont aussi nos compétiteurs
    En dépit de ces échecs sur la stratégie, nous constatons un doublement du montant des plus hautes rémunérations d’IBM France sur la dernière décennie, sans compter la distribution d’actions gratuites à quelques cadres dirigeants dont les montants s’envolent !

La CFDT, organisation syndicale fidèle à ses valeurs, ayant à cœur la défense des salariés et de l’emploi, ne peut pas s’associer à cette célébration.

S’il fallait remercier Notre ancienne CEO, ce serait pour avoir enfin décidé de partir, après 8 années de destruction de l’emploi et de perte de l’ADN d’IBM….