Ce jeudi 14 janvier, les organisations syndicales représentatives d’IBM France étaient convoquées à une nouvelle réunion de négociation sur les conséquences sociales du PSE.

La Cfdt IBM France attendait d’obtenir des réponses sur l’imbrication entre les deux projets majeurs en cours (PSE et NewCo), sur la justification des différences entre catégories professionnelles et catégories métiers, mais avant tout un abandon du projet de départs contraints.

La Direction a catégoriquement refusé de transformer ce PSE en PDV, laissant ainsi planer la menace de licenciements sur tous les salariés d’IBM France.

En effet, le passage de catégories métiers pour la phase de volontariat en catégories professionnelles pour la phase de licenciements entraine une conséquence forte : un salarié qui ne serait pas éligible sur la phase de volontariat (catégorie métier non concernée) ou dont le quota de départs de sa catégorie métier serait atteint, pourrait être licencié pendant la phase contrainte du fait de la définition de sa catégorie professionnelle !
Par exemple un consultant de C&CS dont le quota de volontaires de 2 suppressions de poste dans sa catégorie métier (C&CS – Expert Labs IT Consultant) serait atteint pendant la phase de volontariat pourrait être licencié pendant la phase contrainte au cours de laquelle seule sa catégorie professionnelle de consultant serait retenue si le quota de départs des consultants des autres Business Unit n’est pas atteint. (par ex si il n’y avait que 50 volontaires sur 66 dans le groupe métier GBS – consultant, il faudrait 16 licenciements sur l’ensemble des consultants)
Cette mesure est injuste, et la CFDT IBM France la combattra par tous les moyens, y compris judiciaires si nécessaire.

 Catégorie  Professionnelle  groupe métier PSE (tel que figurent au Livre I) effectif Nbre de suppr.
 consultant  C&CS – Expert Labs IT Consultant 23 2
 consultant  CIO – consultant 15 5
 consultant  GBS – consultant 493 66
 consultant  GTS-IS – consultant 41 17

.

La Direction refuse également d’allonger le planning de négociations ainsi que celui de la première phase des candidatures qui devront être postées entre le 10 et 23 mai, ne laissant seulement que 14 jours pour examiner plus d’un millier de dossiers ! Quel serait alors le temps consacré à l’étude de chaque demande? La CFDT estime que ce délai et beaucoup trop court !

Nous dénonçons aussi que dans le nouveau calendrier reçu, les premiers arrivés seront les premiers servis après la première phase de volontariat, négligeant ainsi l’équité entre les salariés.

blank

Pour la CFDT d’IBM France, l’absence totale de concessions de la part de la Direction face à l’ampleur des restructurations attendues est hautement préjudiciable à l’intérêt des salariés. La CFDT réclame une meilleure écoute et prise en compte de nos inquiétudes et revendications pour construire un dialogue social loyal et sincère.