Ce lundi 25 Janvier, le direction d’IBM France a convoqué les organisations syndicales pour une nouvelle réunion de négociation sur le projet de PSE.
Comme prévu dans le calendrier, les sujet abordés étaient :
* Les catégories professionnelles
* Le calendrier
* Les Mesures de Fin de Carrière (MFDC)
* Les critères d’ordre

En préalable de la négociation, les organisations syndicales unanimes ont réitéré leur opposition à tout licenciement, au regard des moyens financier d’IBM France SAS.

Les OS ont également présenté un socle commun de revendications :

– Utiliser les catégories professionnelles telles que celles utilisées dans l’outil IBM Career, et non pas deux types de catégories professionnelles / Catégories métiers inventées spécifiquement pour ce PSE,
– Créer une phase préalable de reclassement, fusionner les deux phases de volontariat pour en étendre la période et laisser du temps aux salariés pour se positionner sur une mesure de départ,
– Augmenter à 60 mois la dispense d’activité pour les mesures de fin de carrière,
– Verser une prime supplémentaire de 2 mois pour les mesures de fin de carrière afin de compenser la perte de revenus liés aux malus de la retraite complémentaire,
– Minorer la prépondérance des notes d’évaluation checkpoint et ajouter des points sur des critères sociaux.

Et enfin les OS ont formulé la demande de suppression de la phase de congés obligatoires 2021, étant donné le calendrier prévisionnel des départs envisagé par la direction.

Ce socle commun de revendications est une première et même si la CFDT aurait souhaité pouvoir ajouter plusieurs autres points qui nous tiennent à coeur, nous ne pouvons que nous féliciter de ce travail intersyndical que nous continuerons à alimenter.

En complément de ces revendications communes, la CFDT a proposé plusieurs autres améliorations des conditions de départs. Nos propositions sont élaborées dans le but d’augmenter le nombre de départs volontaires pour éviter tout licenciement.

Tout d’abord, la CFDT souligne que les textes réglementaires d’un PSE indiquent que la priorité doit être donnée à la sauvegarde de l’emploi et que ce point ne doit pas être une simple déclaration d’intention de la Direction.

La CFDT IBM revendique les principales mesures suivantes pour éviter tout licenciement contraint :

1) Augmenter la durée de dispense d’activité à 60 mois. En corollaire, la durée de dispense d’activité dans le cas de rachat de trimestres est relevée de 12 mois.
2) Allocation mensuelle : augmentation du plancher à 2500 €.
3) Indemnité d’entrée dans le dispositif : pas de prise en compte du montant de l’IDR (Indemnité de Départ à la Retraite) dans le calcul du plafond.
4) Indemnité supplémentaire d’entrée dans le dispositif pour les salariés ayant une ancienneté supérieure à20 ans (+1mois entre 20 et 25, +2 entre 25 et 30, +3 entre 30 et 35, +4 au-dessus de 35).
5) Indemnité supplémentaire liée à la rupture du contrat de travail équivalente à1/12ème de mois de salaire de référence, la passer à 1/8ème de mois de salaire de référence pour chaque mois en dispense d’activité.
6) Forfait de 2 mois de salaire complémentaire au départ des 2 mesures MFDC (Bonification ou dispense d’activité), afin de compenser les minorations subies sur les retraites complémentaires/supplémentaires.
7) Majoration de l’IDR (indemnité de départ à la retraite) conventionnelle de la façon suivante :
➢ Après 2 ans d’ancienneté: 0,5 mois de salaire
➢ Après 5 ans d’ancienneté: 1 mois de salaire
➢ Après 10 ans d’ancienneté: 2 mois de salaire
➢ Après 15 ans d’ancienneté: 2,5 mois de salaire
➢ Après 20 ans d’ancienneté: 4 mois de salaire
➢ Après 25 ans d’ancienneté: 5 mois de salaire
➢ Après 30 ans d’ancienneté: 6 mois de salaire
➢ Après 35 ans d’ancienneté: 7 mois de salaire
➢ Après 37,5 ans d’ancienneté: 8 mois de salaire
➢ Après 40 ans d’ancienneté: 9 mois de salaire.
8) Aide d’IBM pour la formation à la création d’entreprise pour les MFDC qui le souhaitent du même ordre que l’aide prévue pour les MDV.
9) Mise en place d’une commission de suivi et de recours paritaire jusqu’à la fin du dernier reclassement prévu dans le cadre du plan.
Cette commission paritaire doit avoir la vision sur l’intégralité des salariés qui ont contacté l’EMC, avec un fichier global anonymisé, permettant le suivi de tous les cas, et pas seulement ceux que la direction a sélectionné pour les présenter en commission.

Nous attendons les réponses de la direction à nos revendications, en principe lundi prochain soit le 1er février.

À La CFDT nous espérons vivement que la Direction d’IBM France aille au-delà de ses discours d’intention et revienne à la table des négociations avec des améliorations substantielles allant dans le sens de départs volontaires sereins, c’est à dire l’amélioration des conditions permettant le plus grand nombre de départs ainsi que la sauvegarde de l’emploi pour ceux qui resteront.