La Direction d’IBM France SAS a convoqué les organisations syndicales à une nouvelle réunion de « négociation » sur un projet d’accord de transition.

Malheureusement, la Cfdt IBM reste sur sa faim car comme à chaque fois, les informations arrivent au compte-goutte et ne prennent pas en compte les demandes prioritaires des Organisations Syndicales.

De plus, la Direction prétexte que certains avantages sociaux devront être négociés plus tard chez Kyndryl parce qu’elle n’a pas mandat pour le faire. La Cfdt IBM dénonce cette posture qui ferme la porte au dialogue social alors que :

  • Notre PDG Arvind Krishna a précisé dans une de ses communications que l’ensemble des avantages sociaux devaient être reconduits chez Kyndryl (clone and go).
  • Le projet prévoit que les Salariés IBM France SAS soient transférés dans une filiale 100% IBM dans un premier temps (filiale qui sera plus tard séparée), comment croire que la Direction n’a pas mandat alors qu’ils sont les propriétaires des deux cotés ?

Notre plus grande interrogation porte sur la viabilité financière et la dépendance de cette nouvelle société aux contrats IBM. Nous n’avons à ce jour aucun document factuel à même de nous rassurer!

Nous avons quand même enfin reçu quelques informations sur des principe de base sur la stratégie immobilière :

  • Pour les lieux où Kyndryl est le seul occupant à ce jour : devient l’unique locataire ou propriétaire des lieux par un transfert de contrat.
  • Pour les lieux occupés en majorité par Kyndryl et IBM SAS en minorité : IBM France SAS Déménagera
  • Pour les lieux occupés par Kyndryl et IBM SAS : Une séparation des lieux (par étage ou par bâtiment) sera faite de façon à créer deux espaces séparés.
  • Pour les lieux ou Kyndryl est en minorité : Kyndryl se repositionnera à compter du 1er Septembre dans d’autres lieux de travail proches de ceux occupés précédemment.

Ce sont des « principes » qui pourront connaitre des aménagements sur certains sites…

La Direction d’IBM France a également ajouté des précisions sur le sort des salariés GTS-IS qui seraient touchés par le PSE.
Ce nouveau texte est absolument inacceptable pour la Cfdt IBM France pour deux raisons principales :

  • Tout d’abord parce que la Direction conditionne ces quelques améliorations à la signature de l’accord de transition. La CFDT dénonce ce chantage.
  • Parce ces propositions n’ont rien à faire dans cet accord de transition, elles doivent être éventuellement présentes dans le livre 1 du PSE ou dans un accord séparé entre IBM France SAS et Kyndryl.

Les salariés de GTS-IS ainsi que ceux des autres entités dont le temps de travail pour GTS-IS est supérieur à 70% recevront un courrier de la DRH leur indiquant leur potentiel transfert « contraint » vers Kyndryl par l’article 1224-1 du code du travail. Celui-ci indique que le salarié refusant ce transfert subirait un licenciement pour faute!
Les salariés des autres entités dont le temps de travail pour GTS-IS est compris entre 30 et 70% recevront un courriel leur indiquant qu’ils pourraient, sous forme de volontariat, être transféré chez Kyndryl aux mêmes conditions que les salariés contraints (sans la menace du licenciement !).

Cette communication permettra à ces salariés d’envisager l’éventail des possibilités entre le PSE et Kyndryl et de pouvoir contester leur pourcentage d’activité pour GTS-IS s’il ne correspond pas  à la réalité.

La CFDT rappelle à la Direction d’IBM France que si elle souhaite respecter son calendrier, il est impératif qu’elle communique maintenant toutes les informations nécessaires, y compris les informations économiques détaillées, qui permettraient de s’assurer que les conditions de l’application de l’article 1224-1 sont réunies.