La volonté massive des salariés de quitter la Compagnie (1 salarié sur 2 a contacté la cellule RH dédiée) démontre que le malaise est profond. IBM ne semble plus être une entreprise où il fait bon vivre et ou chacun peut s’émanciper et trouver sa place.

Les salariés ont besoin avant tout d’un travail qui a du sens. Ils ne croient plus aux discours de la Direction et à sa énième “nouvelle” stratégie, ils n’ont plus confiance.

Pour la Cfdt IBM, nos dirigeants doivent changer urgemment la politique sociale et rééquilibrer le partage de la valeur ajouté dont les principaux acteurs en sont les oubliés.Pour la Cfdt IBM, ce nombre très important de candidats et de départs est aussi une très forte source d’inquiétude pour l’avenir :

  • De nombreux salariés ne vont pas pouvoir bénéficier du plan malgré leur éligibilité. Quelle sera leur réaction? Comment notre Direction compte-t-elle relancer leur motivation ?
  • Comment nos dirigeants vont-ils gérer l’impact sur les conditions de travail des salariés avec cette réduction de plus d’1/4 des effectifs ?

La CFDT IBM France constate, une fois de plus, que la Direction d’IBM n’a pris en compte que l’aspect financier au détriment de l’humain. La CFDT rappelle que les employeurs sont tenus par le code du travail de protéger la santé et la sécurité des salariés.

Face à une stratégie d’entreprise de plus en plus ouvertement inique, la CFDT IBM France veillera à ce qu’IBM respecte ses salariés et leurs conditions de travail.

Pour la CFDT IBM France , le dialogue social doit être un élément déterminant pour endiguer les problématiques de surcharge, car il permet d’identifier les contraintes individuelles et collectives et de définir des stratégies préventives.

La Direction ne semble malheureusement pas avoir la même vision…