Une ultime réunion de négociation Sur l’accord de droit syndical a permis à la Cfdt IBM d’obtenir encore quelques concessions de la Direction sur ses demandes.

Suite à cette réunion, la Direction d’IBM France a proposé cet accord à la signature des Organisations Syndicales.

Pour décider de l’éventualité d’une signature de la Cfdt IBM, l’ensemble des adhérents ont été conviés à une réunion (en visioconférence).

Au cours de cette réunion, les négociateurs CFDT ont exposé les avantages et les inconvénients issus de cet accord, ce qu’ils avaient obtenu et ce qui n’avait pas été retenu par la Direction.

Comme à chaque négociation avec la direction, celle-ci s’est montré avare et souhaitait considérablement diminuer les moyens des élus et mandatés.

Néanmoins, le texte proposé contient des améliorations par rapport au minimum légal.

Les principaux points à retenir sont :

⁃ Les CSE Centre et Grand Sud vont fusionner, le CSE NEOPB reste intouché,
⁃ La durée des mandats est portée à 4 ans (au lieu de 3 actuellement),
⁃ Les crédit d’heures des élus et mandatés sont supérieurs au minimum légal, même si la CFDT déplore une réduction sur certains postes, notamment pour les secrétaires des CSSCT dont le crédit d’heures est jugé insuffisant en regard de l’ampleur de la tâche,
⁃ Un équilibre a été trouvé entre les réunions des Instances en présentiel et les réunions en Visioconférence,
⁃ Les Représentants de Proximité auront de nouvelles compétences notamment avec les CSSCT,
⁃ La possibilité pour les CSE et le CSEC de communiquer par voie électronique vers l’ensemble des salariés.

À l’issue des débats, les adhérents CFDT ont voté à une très large majorité pour la signature de cet accord.

Avec les signatures de la CFDT, CFE-CGE et CFTC, cet accord sera donc applicable après les prochaines élections prévues au mois de novembre 2021.