Alors, doit-on dire salarié ou collaborateur ?

Les représentants CFDT IBM sont souvent interpellés par leurs collègues avec cette question, parfois provocante, parfois par réelle envie de connaitre notre position.

Et oui, de nos jours, les avis doivent toujours être tranchés! Nous sommes sommés de choisir, tels les débats actuels : pro versus anti-vax (aïe) ou pain au chocolat versus chocolatine…

Dans le cas présent, la réponse peut être abordée sous plusieurs angles :

Du point de vue du droit : pour une fois, c’est plutôt clair ! Nulle part dans le code du travail le mot « collaborateur » n’est utilisé pour définir une relation régie par un contrat de travail entre un employeur et son employé. On y parle surtout de lien de subordination !

Du point de vue d’IBM : Il faut noter que cet usage est une particularité nationale. En effet, aux états-unis, IBM n’use pas du terme « collaborator », mais juste « d’employee » !

Du point de vue de l’usage en France : le mot collaborateur est apparu, presque par mode : celle d’embellir pour « valoriser ». Ainsi tout comme un salarié est devenu un collaborateur, un homme de ménage s’appelle dorénavant un « technicien de surface » par exemple. Certaines nouvelles tournures ont même pris le pas sur l’appellation d’origine; ainsi en est-il du « manager » qui a remplacé le « supérieur hiérarchique » !

L’usage laisse à chacun le choix d’apprécier ces nouvelles formes de dénomination. Certains percevront une revalorisation de leur métier, d’autres une promotion en trompe l’oeil.

À la CFDT IBM, pour en avoir tous discuté, avec de nombreux collègues (camarades ?), nous nous rendons compte que la perception est loin d’être unanime.
Car tels sont les humains, tous semblables mais différents dans leurs sensibilités !

Du point de vue de la CFDT IBM, nous répondons à cette « sommation de choisir son camp » en interrogeant la personne :
– Comment est TA propre perception ?
– Qu’est-ce qui importe : le mot qui désigne ta relation avec ton employeur/manager ou bien la réalité des relations avec elle/lui que tu vis tous les jours ?
– Est-ce que telle ou telle appellation va changer quelque chose dans ton quotidien au travail ?
– Considères tu que de te qualifier de collaborateur est une promotion ou un bien attends-tu d’autres formes de reconnaissance ?

S’attarder sur ce débat sert probablement à nourrir des extrêmes avides de confrontation symbolique.

Pour la CFDT IBM, il sert surtout à masquer le fond du problème : la nature même de la relation entre employeur et employé ainsi que la valorisation effective et réelle du travail de chacun.

Nous pensons qu’il est regrettable que notre Direction ne prenne pas plus en compte l’intelligence collective créée par l’ensemble de ses salariés.

Tenir compte des problématiques et des propositions remontées par ceux qui sont au coeur du «terrain » est une des missions premières de la CFDT IBM; nous militons pour que le mot collaborateur soit effectivement utilisé selon son étymologie.

Une vraie collaboration entre les organisations syndicales et nos dirigeants permettrait à coup sur de construire une entreprise bien plus efficiente et donc compétitive! Cette démarche exige de la confiance réciproque, beaucoup de travail et certainement une bonne dose de courage de part et d’autre !

À notre Direction qui affirmait encore récemment en CSEC que « la bataille sur l’utilisation du mot collaborateur était d’arrière garde », nous répondons que les actes doivent rejoindre les mots !

Nous sommes prêts et vous ?