détails des propositions CFDT pour le CSE NEOPB

1 – Le Compte « Liberté-Loisir »: un compte personnalisé

Le Compte Liberté-Loisir est un compte personnel crédité par le CSE qui vous laisse le choix de régler en toute liberté, quand vous le souhaitez, vos loisirs et ceux de votre famille.
Voyages, locations, colonies enfants, sport, activités culturelles ou chèques vacances … vous choisissez de dépenser librement « vos sous » !

Mais nous maintiendrons et améliorerons les prestations aux catalogues : enfants, voyages, escapades et sorties habituellement organisées par le CSE NEOPB.

Par exemple, vous avez reçu cette années 3200€ (minimum) en des chèques vacances ou chèques cuture. Vous auriez pu utiliser cette somme pour alimenter votre Compte Liberté-Loisir et l’utiliser à votre guise.

Ce compte Liberté-Loisir, créé à l’origine par la CFDT, est plébiscité dans les autres CSE d’IBM France où il existe déjà.

Retour au sommaire

2 – Centrale d’achats entre les CSEs du groupe IBM en France

À l’heure où les effectifs fondent, il devient crucial de préserver la force de négociation de notre CSE vis-à-vis des fournisseurs pour pouvoir continuer à offrir des activités aux meilleurs prix et préserver les activités et les subventions existantes.

C’est possible en passant des achats groupés avec d’autres CSE IBM en France (CSE IBM France Grand Sud, IBM Interactive, ISC Lille) ainsi que Kyndryl.

Nous avons déjà pris des contacts notamment avec IBM interactive qui partage le site de Bois Colombes et Jupiter. Cela n’aura échappé à personne que par exemple les clubs sportifs, loisirs et culturels ont de plus en plus de mal à fonctionner avec le seul personnel IBM France.

Retour au sommaire

3 – Une carrière à la hauteur avec formation et augmentation

Des sujets que l’on n’imagine pas à la main des élus du CSE ?

Mais si ! En fait les élus peuvent peser auprès de la Direction dans la commission Formation Professionnelle Emploi.

Et surtout, le vote au CSE détermine la représentativité, et donc le pouvoir de négociation de la CFDT en signant ou non des accords d’entreprise, dont les négociations annuelles sur les salaires.

Par exemple, avec le choix de l’organisme qui finance une partie des formations (OPCO).

Par exemple en travaillant avec le service formation d’IBM pour inscrire au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) des formations utiles aux IBMers.

Et en « challengeant » la Direction sur tous ces sujets chaque fois que nécessaire.

Retour au sommaire